Combustibles de biomasse, biomasse solide et biomasse liquide

La biomasse comporte différents types de combustibles que l’on peut classer en deux grandes catégories, les combustibles de biomasse solides et les combustibles de biomasse liquides. Explications !

Biomasse solide / cultures énergétiques

Les combustibles organiques solides ou biogènes utilisés pour produire de l’énergie sont communément appelés biomasse solide. Une distinction est faite entre les matériaux ressemblant à des tiges et ceux ressemblant à du bois. Ils sont cultivés spécifiquement ou s’accumulent dans l’agriculture et l’industrie sous forme de résidus, résidus et sous-produits.

La liste des carburants de biomasse solides

copeaux-boisLe terme bois de type bois comprend le bois forestier, le bois recyclé provenant du recyclage des matériaux, le bois résiduel de l’industrie de transformation, ainsi que le bois provenant de la conservation du paysage et des plantations dites de courte rotation. Les substances analogues aux céréales comprennent les plantes céréalières (en particulier le maïs), la paille de céréales, les résidus de presses et, en général, les résidus d’utilisation agricole. Le roseau chinois, botaniquement connu sous le nom de Miscanthus gigantheus, est planté spécialement pour la production d’énergie. L’herbe pousse jusqu’à quatre mètres de haut, est extrêmement frugale et pousse sans problème, même sur le sol domestique. En outre, il y a des graminées vivaces qui, cependant, prennent presque deux ans à récolter et entraînent des coûts relativement élevés.

Par le passé, on a critiqué à maintes reprises l’utilisation des aliments pour produire de l’électricité. Il faut éviter que les terres agricoles ne soient utilisées principalement pour la culture de combustibles solides biogènes.

La biomasse solide, par exemple pour un système de chauffage correspondant (chauffage par pellets), est disponible en trois tailles commerciales. Des copeaux de bois, des granulés de bois et des bûches sont disponibles. Les copeaux de bois sont produits lorsque le bois original est déchiqueté, qu’il s’agisse d’écorce ou de résidus de bois. Les granulés sont généralement pressés à partir de sous-produits. On y utilise entre autres des coquilles de noix de coco et des résidus de scieries. Les bûches peuvent cependant être brûlées dans des chaudières spéciales ainsi que dans des cheminées classiques.

Biomasse liquide

ethanolLa biomasse liquide sert principalement de combustible ou de biocarburant, mais peut également être utilisée pour le chauffage. Toutefois, à l’heure actuelle, l’accent est clairement mis sur son utilisation comme combustible. Il s’agit notamment du biodiesel, des carburants dits BtL (Biomass-to-Liquid fuels) comme le biométhanol et le bioéthanol, ainsi que de l’ensemble des huiles végétales.

Les avantages de la biomasse liquide  :

  • La bioénergie peut être stockée sous forme liquide avec une densité énergétique plus élevée que sous forme solide ou gazeuse.
  • Les moteurs peuvent être adaptés relativement facilement aux sources de bioénergie.

Dans l’état actuel des choses, l’huile végétale sera principalement utilisée dans les transports locaux. En effet, il n’existe toujours pas de réseau d’approvisionnement à mailles serrées et donc complet. En outre, l’huile végétale présuppose des moteurs Diesel spécialement convertis en biomasse liquide. Le biodiesel, qui est produit à partir de colza et de céréales, est beaucoup plus facile à manipuler. Les modifications correspondantes sont en partie proposées directement par les constructeurs automobiles. Pour l’instant, il s’agit principalement de véhicules utilitaires agricoles et de camions. Jusqu’à présent, il y a eu trop de problèmes avec les filtres à particules dans les voitures de série.

Le bioéthanol, par contre, qui est produit par la fermentation de plantes riches en amidon comme la betterave sucrière, est ajouté en petites quantités au carburant normal (essence). Selon le moteur, on peut ajouter jusqu’à 85 % de bioéthanol. Dans ce cas, on parle de bioéthanol e85 ou d’éthanol e85, qui sont principalement utilisés en Suède, au Brésil, aux États-Unis et en République tchèque. Cinq (E5) à dix (E10) pour cent sont communs en Allemagne.

Pérennité de l’utilisation de la biomasse

Les matières premières renouvelables ne sont pas automatiquement synonymes de production d’énergie durable. C’est pourquoi le débat sur la bioénergie est toujours d’actualité quant à la mesure dans laquelle cette forme d’énergie renouvelable correspond au principe de durabilité. Pour rappel, le développement durable est un développement qui satisfait les besoins du présent sans risquer que les générations futures ne soient pas en mesure de satisfaire leurs propres besoins.

À cet égard, les écologistes se concentrent exclusivement sur l’aspect écologique. Cependant, un mode de vie durable ne peut être garanti que si les objectifs écologiques, économiques et sociaux vont de pair. Cela vaut également pour la bioénergie. Il en résulte parfois des différences. La protection de l’environnement en tant que composante écologique ne coïncide pas nécessairement avec les objectifs de création d’emplois (économiques) et d’amélioration de la nutrition mondiale (sociale).

Il est compréhensible que des critiques soient formulées parce que les forêts tropicales sont défrichées ou parce que les champs ne sont utilisés que pour la culture de cultures énergétiques. Ici, il est important de trouver un équilibre sain. Il convient de garder à l’esprit que la bioénergie reste un vaste domaine de recherche. Pour l’instant, nous ne pouvons que deviner quelles options existent, à quoi ressembleront les plantes du futur et quels matériaux fourniront de l’énergie. Le débat sur la durabilité consiste au moins à tirer les leçons des erreurs.